Tracks

01. Cineris
02. Le Mal des Siècles
03. Ciel Tragique
04. IV
05. Birth Of New Ages
06. The Mist
07. Senectus
08. Miserere Luminis
09. Exulcerare



01. Cineris

[Instrumental]


02. Le Mal des Siècles

On dirait le Mal, insufflé en moi
La note qui fait dissoner l'harmonie
Ou le fausset d'un violon qui gémit...

Avorte de tes mains les esprits élégiaques
Et absents les rêves pleins de malheurs
Hurlent sans cesse en l'âme qui meurt
Les vers horribles d'un art paranoïaque

J'ai les ailes brisées d'un ange malade
Torturées, déchirées comme l'esprit de Sade
En mon crâne troué, vois-tu la misère?
Ma blessure n'est-elle pas l'oeil de l'enfer?

On dirait le Mal comme la foudre qui étrangle
Les cieux augustes des voûtes chimériques
Des cachots de nos coeurs trop tragiques
Étouffées nos amours de sang et de cendres

Ouvre tes veines pour trouver de la lumière
Car le mal cache ses flammes et ses éclats
Défonce ta tête d'une balle, jouis du fracas
Tu es le mal qui tuait la lumière...


03. Ciel Tragique

Ce n'est pas l'espoir, mais la lourdeur du ciel
Des fragments de tristesse nimbés d'aurores
Étoiles lointaines aussi sombres que fanées
C'est leur linceul qui cache leur tombeau

Ténébreux rêves qui coulent de nos yeux
Dans ta couronne se versent comme les jours
Ô crépuscule nous tombons tête première
Car nos cachots sont remplis de naufrages

Les mers funestes qui bercent nos corps
Cachent-elles quelques coffres encore?
Nous sommes de pauvres pêcheurs d'étoiles
Avec un trou noir à la place du coeur...


04. IV

[Instrumental]


05. Birth Of New Ages

Pillars of the world fall down
As the sky once bright as a million suns
Shatters like a planet into dust
Darkness sleeping from outer space...

I have seen what no eyes could see
I saw a world crumble down
And death infecting the stars
And sick light flow into your eyes

I saw oceans of the blackest ashes
And the sun crushing it's mechanism
It's light swallowed in a whirl of darkness
Leaving a dead, cold and sterile ground

Aeons old, seraphs fell from their thrones
Downward in absolute emptiness
Wails resounded like a horrid symphony

With secrets unbeknownst I fall
And anywhere out of this world
Let me fade out


06. The Mist

There is nothing but mist in my lungs
And tar in my veins
I'm out of this world
Something went wrong
Something went just bad

Here is the void of misery
The sun has been swallowed by some cosmic grief
Infinite conscience spitting blackness over and beyond
And I'm wondering... do the worms feel the absence of light?
Here I am, sick, unpleased by it all
I am the wound of my being
Since I am the knife and the rope
Of this rape relation between me and me

I need to get below everything
I must know, smell the essence
I want to throw myself through this window in the sky
To remember what I may have forgotten

What if the stars melts
Into our blackholed hearts
In the ground fades on us
We will never know

I want to spit in the eye of god
And see the world without eyelids
I wish he sees me as the failure
Of his dream of greatness and beauty.


07. Senectus

Comme des sourires torturés, nous sommes fendus
Arbres vieillards, tordus jusqu'au ciel
Des océans immenses qui nous traversent,
La profondeur baigne seule dans nos cernes
Et les cendres des savoirs qui traînent
Empoussièrent la danse lente de nos pas.

Famine, famine de lumière
Des ténèbres qui coulent sur nos épaules,
Du givre amoureux qui tremble et meurt,
Et de la tristesse qui perle sur chacun de nos mots,
Nous sommes aussi fatigués que les étoiles...


08. Miserere Luminis

Soleil, tu joues un jour de crépuscule
Plein de violence et de sang.
Ta couronne de flammes s'épanche, verse ton amour
Dans les gîtes sales et les âmes prostituées
Pénétrées avides de toutes les étoiles.
Crache sans cesse les matins, dégueule les midis
Tes viscères blanches, dans la boucherie de nos peines.
Tu crèveras nos yeux bien mieux que la tristesse.
Dans une brûlure intense d'urée céleste.
Délie nos corps emmêlés, fatigués infects
Et fouille, sonde, creuse nos coeurs défoncés.
Va voir les paysages et les rêves suicidés
Et pleure, soleil, tu pleures un soir noir noyé
Dans nos bras avorteurs d'aubes


09. Exulcerare

[Instrumental]